Les chenilles processionnaires sont bientôt là !

Depuis plusieurs années, on observe la montée des chenilles processionnaires vers le nord des Yvelines. En cause, le réchauffement climatique mais aussi la présence de nombreux pins jusqu’aux centres de nos villages. Saint-Rémy-l’Honoré, village rural, très forestiers aux multiples essences avec une implantation du pin dans nos jardins n’échappe pas à cette invasion.

👉 Le cycle biologique de la chenille processionnaire
La chenille processionnaire du pin, larve du papillon de nuit (le Thaumetopoea pityocampa), est connue pour son pouvoir urticant, destiner à repousser ses prédateurs.
La femelle dépose ses œufs sur les aiguilles, puis les larves ou chenilles développent durant leur croissance un nid caractéristique sous forme de cocon, très visible. Sous notre climat de la région parisienne, la chenille se développe plus lentement.

Le cycle biologique de la chenille processionnaire est annuel, et peut se décomposer schématiquement en 8 étapes :

👉 Quels risques pour l’homme, les enfants, les animaux domestiques …
Les chenilles processionnaires sont recouvertes de poils qui, dispersés par le vent ou par nous même (lors de la tonte de la pelouse, en essayant de détruire une
procession…) peuvent provoquer une irritation chez les personnes et les animaux sauvages et domestiques (chien, chat, chevaux,…).
Il est recommandé de ne pas manipuler un nid, même vide et avec des gants.
Il ne faut pas hésiter à appeler les spécialistes locaux, qui vous débérrasserons du nid voir de la procession.

👉 Un danger pour les arbres
La chenille consomme les aiguilles de pin, procède à une défoliation systématique des branches mais aussi en ca de forte attaque peut conduire à la mort de l’arbre.

Ici un piège mécanique récoltant la procession, quand elle descend du pin

👉 Comment lutter durablement contre cette invasion.
Je n’aborderai pas ici l’utilisation de produits phytosanitaires chimiques, seront seulement abordés les mesures écologiques et moyens de traitement mécanique, aux différents stade du développement de l’insecte
✔️Contre la forme adulte : le piège à phéromone
✔️Contre les cocons : enlèvement du nid par un professionnel équipé
✔️Contre les chenilles urticantes par l’utilisation d’éco-pièges : Avant la fin du froid (l’hiver) pose de piège ceinturant le tronc de l’arbre, que l’on trouve facilement dans le commerce. L’objectif, éviter que les chenilles descendent dans le sol pour suivre son cycle évolutif de chrysalide puis de papillon.
La disposition de sac de récolte autour des troncs d’arbres infestés intercepteront 98% des chenilles de l’arbre pendant leur descente. La collerette du dispositif guide les chenille vers le terreau qui remplit le sac. Les chenilles s’y transforment en chrysalide qui devront être détruites ensuite.
Il peut être utilisé par toute personne sensibilisée à la problématique, le professionnel spécialisé, le jardinier d’entretien ou l’habitant impliqué.
Les sacs pourront être pris en charge par la déchetterie (sous réserve d’accord) ou par les ordures ménagères une fois sur-emballées.
✔️Positionner des nichoirs à mésanges, qui raffolent des chenilles processionnaires : les mésanges
C’est un moyen très naturel de lutter contre les chenilles, les mésanges raffolant

👉 Une petite vidéo sur le piège mécanique

👉 plus d’infos sur
https://chenilles-processionnaires.fr/chenille-processionnaire-du-pin.htm
https://www.biodivercite.fr/2018/05/08/lutte-contre-la-chenille-processionnaire-du-pin/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Processionnaire_du_pin

Devant acheter un piège à chenille, et construire des nichoirs à mésanges, j’essaierai de vous faire un un reportage, sur le groupe facebook de Quand tu es de Saint-Rémy-l’Honoré

jlb

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :